Please: Login/Register

The Latest Edition of "Eyes on malaria" magazine will be out very soon!! | CALL FOR ARTICLES: AMMREN is inviting journalists / writers / scientists interested in reporting on malaria to send articles for publication in its international magazine “Eyes on Malaria” and for posting on its website. Please contact the AMMREN Secretariat for more details click here. Enjoy your stay!. Volunteers and interns urgently needed to work with an NGO working in the area of malaria and health. Apply through - ammren1@gmail.com / ammren1@yahoo.com. Journalists interested in reporting on and writing articles on health issues should please reply through this email: ammren1@gmail.com

ANNOUNCEMENTS:::

TIPS ON MALARIA

  • HOW CAN MOSQUITOES BE CONTROLLED?

    Mosquitoes around the home can be reduced significantly by minimizing the amount of standing water available for mosquito breeding. Residents are urged to reduce standing water around the home in a variety of ways.

  • HOW CAN I PROTECT MYSELF FROM MOSQUITO-BORN DISEASES?

    The best way is to avoid being bitten by mosquitoes.This can be accomplished using personal protecting  while outdoors when mosquitoes are present. Treated bed nets should be used sleeping. Mosquito repellent should be used when outdoor.

  • WHO ARE AT RISK?


    Nearly half of the world’s population is at risk of getting malaria. Pregnant women are particularly at risk of malaria. Children under 5 years are at high risk of malaria.
     

MAGAZINE EDITIONS

  • Sixth Edition

  • First Edition

  • Second Edition

  • Third Edition

  • Fourth Edition

  • Fifth Edition

  • Seventh Edition

  • Eighth Edition

  • Ninth Edition

  • Special Edition

  • INESS Edition

  • Tenth Edition

  • INDEPTH Edition

  • Eleventh Edition

  • Twelfth Edition

  • Special Edition

  • Special Edition

  • March Edition

INTERVIEW AVEC Mr.Moussi Tsior

(Coordonnateur, )  Service de Parasitologie Universite Cheikh Anta Diop (UCAD) Dakar, Senegal
Idrissa Ndiaye, Senegal

Question : Cette année quelles ont été les innovations en matière de lutte contre le paludisme au Sénégal?

Réponse  :  les  innovations,    on  peut  les  retrouver  à plusieurs  niveaux  :  d'abord  au  niveau  des moyens  de prévention  nous  avons  généralisé  l'introduction  de  la moustiquaires  imprégnée  à  longue  durée  d'action. Présentement le PNLP ne distribue plus que ce type de moustiquaire  réduisant ainsi,  l'activité de  ré-imprégnation à sa plus simple expression. Ensuite dans le domaine de la prise en charge, nous avons généralisé l'usage du test de diagnostic  rapide. Présentement,  toutes  les structures sanitaires  du  pays  (centres  et  postes  de  santé)  sont dotées de TDR et  les prestataires ont été  formés à cet effet. L'introduction de cet outil a permis de préciser  la qualité du diagnostic et d'améliorer par  la même occasion la qualité de la prise en charge. Notons dans ce chapitre, l'introduction  depuis  avril  2006  des  médicaments antipaludiques  à  base  de  dérivés  d'artémisinine, communément appelés ACT.

                                Dr.Moussi Thior
(Coordonnateur, )  Service de Parasitologie Universite Cheikh Anta Diop
                              (UCAD) Dakar, Senegal

Question : Ont ils donne satisfaction?

Réponse : ces innovations qui rentrent dans le cadre des recommandations de l'OMS en matière de lutte contre le paludisme ont donné beaucoup de satisfaction. Je n'en veut  pour  preuve  que  la  basse  drastique  du  taux  de morbidité du au paludisme dans les structures sanitaires et  l'effondrement  de  la  mortalité  proportionnelle.  La morbidité  proportionnelle  palustre  (nombre  de  cas  de paludisme  vus  dans  les  structures  /  Nombre  total  de patients vus dans  les structures) était à 22% en 2007. 
C'est la première fois depuis plus de dix ans que ce taux, qui stagnait à 33-35%, descend sous la barre des 25%. La mortalité  proportionnelle  (décès  dus  au  paludisme /nombre  total de décès enregistrés dans  la structure) était 17% en 2007. Quand on sait que  l'atteinte de ce  taux (représentant 50% de la valeur de base de l'année 2000) était, attendu en 2009, on mesure les efforts qui ont été fournis  par  le  PNLP  et  ses  partenaires  ces  dernières années.

Question : si également il y a des points faibles vous dites et nous expliquer les raisons?

Réponse : des insuffisances, il y en en sûrement et dans tous  les  domaines  de  la  lutte. Dans  tout  le  processus d'animation et de contrôle de nos activités, nous nous efforçons d'identifier ces points  faibles, de  les analyser afin  de  mettre  en  évidence  d'éventuels  goulots d'étranglement, pour y apporter des solutions.

Question : Quel rang occupe le Sénégal en Afrique par  rapport au  taux de prévalence?

Question : est ce que les tests de diagnostic rapide sont bien utilisés et quels sont leur importance Réponse : je pense qu'il existe des structures, qui de par leur position, sont plus outillées que nous pour effectuer ce classement. Je que je peux dire, c'est que nous nous efforçons de suivre au mieux  les  recommandations de l'OMS en matière de  lutte contre  le paludisme et ceci nous le  faisons en étroite collaboration avec  les partenaires
FRP  (Faire Reculer  le Paludisme).

Question : est ce que les tests de diagnostic rapide sont bien utilisés et quels sont leur importance

Réponse  :  les  Tests  de  Diagnostic  Rapide  sont  bien utilisés.  Tous  les  agents  ont  été  formés  et  sont régulièrement  supervisés.  L'intérêt  de  ces  TDR  c'est qu'ils permettent de préciser le diagnostic et d'améliorer la  qualité  de  la  prise  en  charge  en  dispensant  le traitement ACT uniquement à ceux qui en ont réellement besoin. Avant  leur  introduction  dans  les  structures  de santé,  les prestataires avaient  tendance à considérer  tout cas de fièvre comme un cas de paludisme et de le traiter comme  tel.  Présentement,  le  taux  de  confirmation dépasse  largement  les  70%.  Il  y  a  des  efforts  à  faire certes,  mais  nous  sommes  loin  des  5%  de  taux  de confirmation  des  cas  de  paludisme  que  nous  avions avant  l'introduction de ces TDR.
 

Editions: 
Third Edition